Blog_oto

Chers fans de Firefall,


Nous sommes heureux de vous présenter le premier épisode de notre série narrative, À l’attaque. Les offensives Élues deviennent plus fréquentes, l’empiètement de l’Amalgame inexorable, et le futur de l’humanité est plus qu’incertain. Si une personne peut changer les choses dans ce conflit, c’est bien notre Officier expérimenté de l’Accord, Alexis Briggs.



Commandant Alexis Briggs – Rapport non-officiel

Le 28 septembre 2233 à 1800 heures approximativement, les opérateurs de l’Accord ont été victimes d’une attaque extrêmement organisée et méthodique. Lors d’un assaut coordonné à deux niveaux, un bataillon Élu de la taille d’une incursion a atterri aux abords de la Vallée de Crato, et le QG de l’Accord fût victime d’une cyber-attaque.

Alors que les précédentes attaques Élues manquaient d’organisation, celle-ci avait été adroitement menée, avec l’incursion servant de diversion pour l’infiltration du centre des opérations de l’Accord. Même si j’ai été capable de repousser l’avance Elue à nos portes, savoir que l’unité centrale du SIN a failli être piratée n’est pas rassurant.


Les rapports officiels décrivent l’incident comme une défaillance technique, mais il est clair que c’était une attaque dans ce le centre de l’Accord. Quelque chose a désactivé momentanément tous les systèmes primaires de l’Accord, dont la matrice du Répulseur d’Amalgame. Sans sa protection, qui sait si le moteur de l’Arclight peut encore repousser l’amalgame à lui seul ? Toute menace envers ce Répulseur est une menace pour notre survie – c’est tout ce qu’il reste entre l’Amalgame et nous.


Cela fait cinq mois seulement, depuis le crash de l’Arclight, et le nombre d’Élus grandit jour après jour. Ils deviennent plus puissants, plus intelligents ; J’ai peur que ce ne soit que le début…


Petrified Melding Gate Concept


Une semaine est passée depuis l’apparition d’une défaillance dans le réseau auxiliaire de l’Accord – enfin, selon la version officielle. Présenté de manière anodine au public, ce bug mineur dans le système de sauvegarde a failli mettre l’Accord à genoux. Cacher la vérité aux civils que nous protégeons est crapuleux, toutefois la situation nous l’impose. L’honnêteté est une marque de noblesse, mais causer une panique générale est la dernière chose dont nous avons besoin.


La peur s’accroche aux esprits des personnes accablées, et s’exacerbe dans les moments les plus sombres. Bien que l’Accord ait été la force militaire dominante de la Terre durant ces soixante dernières années, elle n’est pas à l’abri de l’influence de la peur. Si le noyau du réseau de l’Accord peut être atteint aussi facilement, la survie de notre race est en péril.


J’émets un soupir de découragement, et j’essaie de chasser cette pensée de ma tête. Bien évidemment, si j’avais le choix, je serais sur le terrain comme cela avait été le cas pendant une grande partie de ma carrière. Mais depuis 72 heures, je suis curieusement attachée à un poste de bureau.


Généreusement décoré, le bureau immaculé se trouvant dans l’aile exécutive du QG de l’Accord m’a servi de lieu de travail de fortune, même s’il s’apparente plus à une prison. Pendant que les hauts-gradés s’enferment dans des réunions secrètes, j’en ai été réduite à un poste de secrétaire, noyée sous les rapports militaires et financiers.


Après avoir étiré mes jambes, je me libère de la chaleur du siège pour me diriger vers la fenêtre faisant face à l’arrière. Un faible murmure de voix remonte de la cour en contrebas. J’observe la nouvelle fournée de recrues trottinant sur la piste, suivies par les sergents instructeurs aux visages rougis, aboyant des ordres.


En scrutant le gazon impeccable, je vois mon reflet dans la vitre pare-balles. Je peux voir mes cicatrices, chacune ayant sa propre histoire, sa propre bataille. L’ennui du matin se transforme rapidement en une réminiscence.


Durant mes années de service dans l’armée, je n’ai jamais failli à mon objectif. Cela a été ma directive en tant que membre de l’Accord, le dernier rempart de l’humanité, d’aspirer à la brillance, d’encourager et de raviver l’espoir qui a fleuri avant le désastre de l’Arclight et du Firefall. En dépit de ma détermination, l’étau des Élus ne fait que se resserrer autour de Nouvel-Eden et teste ma volonté.


Quel que soit notre obstination, notre dignité au combat, les Élus continuent d’attaquer. Et s’ils avaient réussi à désactiver la matrice du Répulseur d’amalgame ? En un clin d’œil, la tempête aurait pu engloutir Trans-Hub, tuant tout le monde au passage. Nouvel-Eden a beau être un refuge dans cet Amalgame, un oasis dans le vaste nuage destructeur qui a enveloppé notre planète, mais pendant combien de temps encore l’Accord sera capable de défendre ces terres contre la menace grandissante des Élus ?


Oto Ep 01

Un crissement mécanique rugit de l’interphone au plafond, et m’interrompt dans mes pensées.


« COMMANDANT BRIGGS », les mots bourdonnent à travers le haut-parleur, « PRÉSENTEZ-VOUS AU CENTRE DE COMMANDEMENT IMMÉDIATEMENT ».


« Je suppose que c’est pour moi », je murmure. Je jette un dernier regard à mon apparence et j’arrange une mèche de cheveux avec une épingle. Marchant sur le sol carrelé, je traverse le labyrinthe de couloirs en direction de l’épicentre du conseil de guerre et de stratégie de l’Accord. Un homme immense se trouve à côté des portes à deux-battants.


« Commandant Alexis Briggs, au rapport-», il me coupe. « Par ici », le géant me montre l’entrée. Il me suit jusqu’à notre arrivée dans le centre de commandement. La salle est sombre, ce qui est inhabituel. Il n’y a qu’une source de lumière, se balançant au-dessus de ma position, transformant la pièce en un défilé d’ombres amorphes.


« Asseyez-vous », me commande la voix dans l’obscurité. J’examine la salle sans succès, et je m’assois sur une chaise, entourée de deux gardes armés. Ce n’est pas bon signe.